Autres passions de l'auteur

Sites personnels:
Orgues et vitraux ,
Orgues en Suisse .



jeudi 30 juin 2016

IBERIS SEMPERVIRENS L.






















































Ibéris toujours vert (Iberis sempervirens L., Brassicacées [anc. Crucifères]). Photos prises au Jardin botanique de l'Université de Neuchâtel (CH), le 10 juin 2016. Tout comme Iberis saxatilis, cette plante, ici rarement subspontanée, est introduite dans de nombreux jardins pour ses vertus ornementales et son feuillage en principe toujours vert, pouvant passer l'hiver. Les pétales des fleurs ne sont pas égaux: les extérieurs sont rayonnants et longs de 7-15 mm, soit 1,5 à 3 fois plus longs que les intérieurs. Fleurs réunies en inflorescences ramassées. Feuilles atteignant 5 cm de long sur 2-5-8 mm de large. Extrémité des feuilles un peu obtuse, sans mucron. Feuilles nombreuses et rapprochées. En savoir plus: voir ici, aussi ici, aussi ici, aussi ici, et encore ici.

_____________________________________________

CAREX PENDULA Huds.























































Laiche pendante ou à épis pendants (Carex pendula Huds., Cypéracées). Photos prise au Jardin botanique de l'Université de Neuchâtel (CH), le 10 juin 2016. Nous avons saisi ce Carex en réalisant les photos de Adenostyles alpina (ou glabra). Ce Carex habite donc le même milieu à savoir les endroits humides des forêts à l'étage des collines et l'étage montagnard. Ce Carex possède une souche longuement rampante avec stolons aériens et souterrains. Feuilles atteignant 15 mm de largeur avec double pli en longueur (bien visible sur cliché No 3: le dernier). 2 à 6 épis femelles pouvant atteindre 15 cm de longueur. Un épi mâle terminal. Bractées foliacées, les inférieures dépassant l'inflorescence. Cette laiche est la plus grande de la flore suisse. En savoir plus: voir ici, aussi ici, aussi ici, aussi ici.

_________________________________________

CORYDALIS LUTEA (L.), DC.











































































Corydale jaune (Corydalis lutea [L.], DC., Papavéracées [anc. Fumariacées]). Photos prises au Jardin botanique de l'Université de Neuchâtel (CH), le 10 juin 2016. Plante très rameuse assez densément feuillée à feuilles bi- à tripennatiséquées, à segments obovales non dentés. Fleurs d'un jaune d'or, atteignant 2 cm de long et portant un éperon. Elles sont disposées en grappes de 5 à 15 fleurs. Sépales dentés. Habitat: fissures des murs, rochers, éboulis. Plante assez spectaculaire et donc facilement introduite comme ornement. Elle peut donc être parfois subspontanée. Spontanée dans le Sud des Alpes, ailleurs naturalisée. Présente dans le Jura aussi. En savoir plus: cliquer ici, aussi ici, aussi ici, aussi ici, et encore ici. (Floraison: mars à septembre).

__________________________________________

mercredi 29 juin 2016

RUBUS CAESIUS L.







































































Ronce bleue (Rubus caesius L., Rosacées). Photos prises au Jardin botanique de l'Université de Neuchâtel (CH), le 10 juin 2016. Arbuste rampant avec rameaux fleuris dressés à aiguillons courts, un peu grêles. Feuilles à 3 folioles, à dents inégales, parfois un peu grossièrement dentées. La foliole terminale porte un petit pétiole. Fleurs avec pétales blancs, ovales, atteignant 10 mm de long. Fruit: drupe bleu noirâtre pruineuse. Sépales grisâtres, tomenteux. Fleurit de mai à juin. Nous n'avons pas observé de fruits au début juin. Habite les forêts humides (ici en bordure d'un sentier humide), les haies, les bords des cours d'eau. Etage des collines, montagnard et même subalpin. Commun en Suisse. En savoir plus: cliquer ici, aussi ici, ici aussi, ici aussi, enfin ici aussi.

_______________________________________

dimanche 26 juin 2016

GLADIOLUS IMBRICATUS L.












































































Glaïeul imbriqué ou autre espèce (?) (Gladiolus imbricatus L., Iridacées). Photos prises au Jardin botanique de l'Université de Neuchâtel (CH), le 10 juin 2016. Problèmes: cette plante figure dans ce jardin botanique, avec la flore des prairies sèches. Toutefois, elle n'est pas étiquetée du tout et il n'y avait personne pour nous répondre. Dans la flore suisse (Flora Helvetica, éd. 2012) figurent 4 glaïeuls: G. italicus (exclu ici car, chez G. italicus, tépale sup. plus long que les inf.), G. palustris (apparemment exclu ici car, dans nos photos, il y a des exemplaires avec plus de 8 fleurs par hampe), G. imbricatus et G. communis peuvent être probables. Gladiolus imbricatus ou glaïeul du Piémont paraît probable car la feuille n'est pas très large sur les exemplaires photographiés et il y a souvent 10 voire 12 fleurs par hampe. En Suisse cette plante est très rare: uniquement au Tessin méridional. Gladiolus communis est similaire à G. imbricatus, mais il est cultivé et très rarement subspontané. En savoir plus: voir ici, aussi ici, aussi ici, aussi ici, aussi ici, et encore ici.

__________________________________________

KNIPHOFIA UVARIA L.

























































Tritome à longues grappes (Kniphofia uvaria L., Xanthorrhoéacées [anc. Liliacées]). Photos prises au Jardin botanique de l'Université de Neuchâtel (CH), le 10 juin 2016. Voici une plante originaire d'Afrique du Sud, vivace (province du Cap), facilement reconnaissable à ses fleurs rouges, oranges et jaunes réunies en grappes denses au sommet de hampes sans feuilles. Est présente dans les jardins botaniques, le plus souvent ou les jardins d'agrément. Autre nom commun: tison de Satan, faux Aloès. En savoir plus: voir ici, aussi ici, aussi ici, et encore ici.

________________________________________

samedi 25 juin 2016

ANTHRISCUS SYLVESTRIS (L.), Hoffm.





























































































Cerfeuil sauvage, des prés (Anthriscus sylvestris [L.], Hoffm., Apiacées [anc. Ombellifères]). Photos prises en montant à Chasseral (sommet du Jura suisse, vers 1300 m d'alt.), le 6 juin 2016. Plante pluriannuelle à feuilles 2-3 fois pennatiséquées à segments ultimes lancéolés aigus. Feuilles: dents fines et aigües. Ombelles à 8 à 15 rayons. Involucre absent. Involucelles à 4 - 8 bractées lancéolées, acuminées. Fleurs blanches égales à pétales non ciliés. Hauteur: 60 - 150 cm. Période de floraison = avril-mai-juin. Habite les prairies, les haies, les lisières forestières (c'est le cas pour nos photos), les forêts alluviales. Plante commune en Europe et en Suisse. En savoir plus: voir ici, encore ici, ici aussi, ici aussi, ici aussi.

______________________________________

jeudi 23 juin 2016

POTENTILLA RECTA L.































































Potentille droite (Potentilla recta L., Rosacées). Photos prises au Jardin botanique de l'Université de Neuchâtel (CH), le 10 juin 2016. Plante dressée, rameuse en haut. Feuilles de la base à 5 à 7 folioles, vertes sur les 2 faces, le plus souvent pourvues de poils longs. Ces folioles sont profondément dentées, bien typiquement. Le pétiole des feuilles de la base peut atteindre jusqu'à 15 cm de long. Tiges et pétioles sont munis de poils longs et mous et aussi de courtes soies glanduleuses. La fleur, d'un très beau jaune, peut atteindre 20 (voire 25) mm de diamètre. Inflorescence très ramifiée en corymbes ombelliformes est munie de longs poils étalés bien visibles sur nos clichés. Cette plante fleurit de juin à juillet. Habite les pelouses maigres, les bords des chemins, les gravières, les endroits sablonneux secs. Pousse dans les collines et jusqu'à l'étage montagnard: Europe médiane et méridionale. Assez fréquente en Suisse. Certains ouvrages la considèrent comme plutôt rare. En savoir plus: voir ici, aussi ici, aussi ici, aussi ici, aussi ici et encore ici.
__________________________________________

mardi 21 juin 2016

ADENOSTYLES ALPINA (ou GLABRA), (L.), Bluff & Fingerh.










































































Photo: issue de wikimedia.org




















Adénostyle glabre (Adenostyles alpina [L.], Bluff & Fingerh., Astéracées [anc. Composées]). Photos prises au Jardin botanique de l'Université de Neuchâtel (CH), le 10 juin 2016 (trop tôt pour observer une floraison achevée avec des inflorescences roses ou pourprées). La floraison a lieu normalement vers juillet. Cette plante peut être éventuellement confondue avec l'Adénostyle à feuilles d'alliaire: l'A. glabre présente des feuilles caulinaires non embrassantes à pétiole non grandement élargi à la base. De plus les feuilles supérieures NE sont PAS pourvues d'oreillettes, à l'inverse d'A. à feuilles d'alliaire qui en a. Chez l'A. glabre, les feuilles sont GLABRES avec juste une légère pubescence dessous, sur les nervures. Les feuilles caulinaires sont grandes avec des dents régulières, PLUS larges que longues. Habitat: 700 à 2'000 m, éboulis, mégaphorbiaies, forêts de montagne, Jura, Alpes, zones préalpines (manque à Schaffhouse). S'appelle aussi Adenostyles glabra. En savoir plus: voir ici, aussi ici, aussi ici, aussi ici, aussi ici. (Mégaphorbiée: zone de transition entre zone humide et forêt: exactement où nous avons observé cette plante au Jardin botanique de NE).

________________________________________

lundi 20 juin 2016

DIANTHUS CATALAUNICUS Pourr. ex Wilk

























































Oeillet de Catalogne (Dianthus catalaunicus Pourr. ex Wilk, Caryophyllacées). Photos prises au Jardin botanique de l'Université de Neuchâtel (CH), le 10 juin 2016. Cet oeillet est originaire des Pyrénées orientales où il pousse dans les rocailles et même sur les sables. Chez nous en Suisse: uniquement espèce décorative ou figurant dans les flores des jardins botaniques dédiés à la flore des régions sèches et chaudes du continent. En savoir plus: cliquer ici, aussi ici, aussi ici, et aussi ici. La fleur est assez modeste en regard d'autres oeillets continentaux.

________________________________________

HYMENOSTEMMA PALUDOSUM (Poir.), Pomel







































Mini-chrysanthème (Hymenostemma paludosum [Poir.], Pomel, Astéracées [anc. Composées]). Photos prises au Jardin botanique de l'Université de Neuchâtel (CH), le 10 juin 2016. Voici une Composée qui n'existe, en Suisse, que dans les jardins botaniques ou privés. Toutefois, elle peut être très localement subspontanée. Elle est originaire du Sud-Ouest de l'Europe et de l'Afrique du Nord. Autre appellation rencontrée: Chrysanthemum paludosum (Poir.), Pomel. En Suisse cette plante figure uniquement pour décorer les jardins en été. Fleurit du début de l'été à l'automne. Le feuillage est caduc ou persistant selon le climat, vert foncé, brillant. Feuilles lobées ou entières à marge en dents de scie. Fleurs robustes ayant l'allure de petites marguerites très décoratives. En savoir plus: voir ici, ici aussi, ici aussi et ici encore.

___________________________________

dimanche 19 juin 2016

BRIZA MAXIMA L.

























































Grande Brize (Briza maxima L., Poacées [anc. Graminées]). Photos prises au Jardin botanique de l'Université de Neuchâtel (CH), le 10 juin 2016. Cette Graminée est la grande soeur de notre Briza media L. ou Brize intermédiaire, commune en Suisse. La Grande Brize est pratiquement absente de Suisse. On peut toutefois la trouver comme échappée de certains jardins où on la plante en massifs décoratifs. On la trouve autrement dans des lieux secs et arides du Midi, jusque dans la Drôme, l'Ardèche, l'Aveyron, la Corse et en Région méditerranéenne. Les épillets, très caractéristiques, peuvent mesurer 8 à 20 mm de longueur contre 5 à 7 mm chez la Brize commune de chez nous. Les épillets à rameaux souples forment des panicules unilatéraux. La plante peut atteindre 60 cm ou plus. Les épillets peuvent contenir jusqu'à 20 fleurs (contre 3-12 fleurs pour la Brize commune). En savoir plus: cliquer ici, aussi ici, aussi ici, aussi ici, aussi ici et ici encore.
___________________________________

samedi 18 juin 2016

NIGELLA DAMASCENA L.







































Nigelle de Damas (Nigella damascena L., Renonculacées). Photos prises au Jardin botanique de l'Université de Neuchâtel (CH), le 10 juin 2016. Cette plante est assez proche de la plutôt rare Nigella arvensis L., présente ici ou là en Suisse. La nigelle de Damas est une plante cultivée et subspontanée (nous l'avons photographiée avant l'entrée du Jardin botanique, endroit où elle prospérait). La fleur assez spectaculaire a des pétales bleu clair (parfois blancs) et elle est entourée d'un involucre assez dense de lanières découpées. Hauteur: souvent 30 à 50 cm. Peut monter jusqu'à 1'000 m. En savoir plus: voir ici, aussi ici, aussi ici, aussi ici.
_________________________________

dimanche 12 juin 2016

LINUM ALPINUM Jacq. [subspc. JULICUM, Hayek, Hegi]




















































Le lin des Alpes (Linum alpinum subspc. julicum [Hayek], Hegi, Linacées). Photos prises au Jardin botanique de l'Université de Neuchâtel, le 10 juin 2016 (dans le jardin alpin). Plante de 10 à 30 cm de haut à tige dressée. Les tiges peuvent être nombreuses et très feuillées (feuilles linéaires-lancéolées, alternes, de 1-2-4 cm de long, sessiles). Fleurs ne s'épanouissant qu'un jour ! Vers le soir, les pétales tombent déjà. Les fleurs sont d'un beau bleu veiné de violet parfois. Pâturages et gazons subalpins à alpins (1'500 à 2'000 m). Plante calcicole. Assez rare en Suisse: sud du Jura, Valais (bout du lac Léman), Tessin méridional (ici ou là). En voir plus: cliquer ici, aussi ici, aussi ici, aussi ici, aussi ici. Dans le Jardin botanique, l'étiquette indiquait la sous-espèce du Lin alpin "julicum" = montagnes du Sud de l'Europe.

_______________________________

ORCHIS MASCULA (L.) L. s. str.


























































Orchis mâle (Orchis mascula [L.] L., s. str., Orchidacées). Photos prises au sommet du Chasseral (Jura suisse, à 1'600 m d'altitude), le 6 juin 2016. Plante présente en assez grande quantité à Chasseral, ce 6 juin 2016. Feuilles lancéolées, celles de la base étalées, les supérieures embrassantes à engainantes. Inflorescence plutôt étroite, cylindrique, de 5 à 15 cm de longueur. Tige lavée de pourpre vers le haut. Les feuilles peuvent être maculées de brun, mais ce n'est pas une règle systématique. Fleurs pourpres, parfois lilas (rarement). Tépales lancéolés aigus, le dorsal et les internes connivents. Tépales latéraux dressés réfléchis. Labelle atteignant 10 à 12 mm de longueur, à lobes latéraux rabattus et crénelés. Lobe médian du labelle trilobé, plutôt clair à la base et maculé plus ou moins densément de pourpre. Eperon habituellement ascendant, aussi long que l'ovaire. Floraison: avril à juin. Habite les prairies et pâturages. Collines et étage subalpin. Bien présent en Suisse et dans le Jura. En savoir plus: voir ici, ici aussi, aussi ici, et encore ici.

 
___________________________________________